Ariën Artists - Eve-Maud HUBEAUX - Press reviews
overview of al our artists contact info visit us on facebook !

 


nothing

 

 

 
ÈVE-MAUD HUBEAUX, MEZZO-SOPRANO, PRESS QUOTES
 

>> BIOGRAPHIES, ENG/DEU/FR/NL

>> MEDIA/DISCOGRAPHY

>> REPERTOIRES O & C

>> CALENDAR 2019/2020

 

PRESS QUOTES 2019

 

OEDIPE, George Enescu, La Sphinge. Salzburger Festspiele (Festival debut). Performances on August 11, 14, 17 & 24, 2019 at FELSENREITSCHULE. Wiener Philhamoniker. COnductor Ingo Metzmacher. Direcrtor : Achim Freyer.

« ... Musikalisch gab es nichts zu mäkeln. Die Wiener Philharmoniker und die Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor hatten das selten gespielte Werk unter Dirigent Ingo Metzmacher bestens einstudiert. Star des Abends war absolut unbestritten Christopher Maltman. Als Sphinx gab die französische Mezzosopranistin Eve-Maud Hubeaux ihr kleines, aber intensives Salzburg-Debüt ...». Stern Kultur. August 12, 2019. dpa-infocom (https://www.stern.de/kultur/eine-entdeckung-achim-freyer-inszeniert--oedipe--in-salzburg-8844160.html)

« ... El barítono británico fue el elemento más sobresaliente de un extenso reparto sin eslabones débiles, en el cual cabe destacar John Tomlinson (terrorífico en las admoniciones de Tirésias), Vincent Ordonneau (melifluo Berger), David Steffens (Grand Prêtre consistente) y Anaïk Morel (Jocaste desgarradora), mientras que, sin poseer los graves contraltísticos óptimos, Eve-Maud Hubeaux negoció con seguridad los saltos interválicos de la Sphinge, a la que aportó toda su sibilina ambigüedad. El Festival de Salzburgo de la era Hinterhäuser sigue dando grandes frutos ...» - ÓA (opera actual) - Xavier CESTER. August 12, 2019

« ... Dass die Ödipus-Oper Enescus ein "Monodrama mit Nebenpersonen" darstelle, wie der bedeutende Musikwissenschaftler Carl Dahlhaus einmal meinte, hat gerade bei Christopher Maltman zumindest einen wahren Kern. So plastisch durchgebildet und gesungen auch der Tiresias von John Tomlinson, die sich selbst mordende Jocaste von Anaik Morel, der Créon von Brian Mulligan oder die Sphinx von Eve-Maud Hubeaux auch sein mögen ...» Süddeutsche Zeitung - Wolfgang Schreiber. August 12, 2019. (https://www.sueddeutsche.de/kultur/oper-die-tragoedie-des-menschseins-1.4561227)

« ... Da wird Œdipe in der erlösenden Apotheose wieder zum Säugling, Feind und Trost verschwinden. Steckt der Sinn des Lebens im Modell eines schwarzen Hauses ohne Fenster in einem bei Auflösung der lachenden Sphinx (Eve-Maud Hubeaux) auseinanderfallenden Würfel ? ...» Concerti - Roland H. Dippel > August 12, 2019

« ... Die Figuren rund im Oedipe zeichnen vollendete Bildcharaktere. Gespenstisch ist die Sphinge (Sphinx – und ebenso unsichtbar im Fabel/Kostüm) der großartigen Eve-Maud Hubeaux, während die Antigone mit Chiara Skerath im Kommunionskleid ein Seelenwunsch an Vater (Oedipe) liebste Poesie ist ...» C.F. Pichler aus Salzburg. August 12, 2019 (https://www.stol.it/print/article/2502634)

« ... Als wären es die Wasser der Lethe, so quellen drei Stoffbänder aus dem Bühnenboden, die sich, von Zauberhand bewegt, zur Weggabelung formieren – jener Kreuzung, wo sich die Prophezeiung erfüllt und Œdipe zum Mörder wird. Eine grausige Szene, flankiert vom Aufbäumen des Orchesters: Schatten streunen vorbei, Hieronymus-Bosch-Tiere kriechen herein, halb Schere, halb Regenwurm, und Eve-Maud Hubeaux als düster leuchtende Sphinx, halb Zelt, halb pinkfarbene Plüschqueen, lacht sich tot zum Glissandoklang der singenden Säg ...» Neue Zürcher Zeitung, Eleonore Büning, August 13, 2019. (https://www.nzz.ch/feuilleton/salzburger-festspiele-enescus-oedipe-als-grandioses-traumtheater-ld.1501382)

« ... Aus der Riege der vielen "Nebenrollen" stach der vorbeiziehende Riese Tirésias von John Tomlinson am deutlichsten heraus, genauso wie Brian Mulligan als beredter Créon. Michael Colvin (Laios) Anaïk Morel (Jocaste), David Steffens (Grand Prêtre), Eve-Maud Hubeaux (La Sphinge), Gordon Bintner (Phorbas), Chiara Skerath (Antigone) und Anna Maria Dur (Mérope) überzeugten wie die restlichen Mitwirkenden in ihren eher kleinen, aber ungemein wichtigen Rollen ...» Michael Wruss - August 13, 2019. (https://www.nachrichten.at/kultur/oedipus-als-maerchenhafter-traum)

ISIS, Jean-Baptiste Lully, Isis / Io. Festival international de musique baroque de Beaune (Festival debut). Performance July 12, 2019. With Les Talens lyriques. Conductor : Christophe Rousset

« ... Cette dernière bénéficie de la remarquable prestation d'Eve-Maud Hubeaux, dont le tempérament dramatique incandescent et le timbre rond surplombent une distribution brillamment homogène, en particulier chez les dames. Ambrosine Bré donne un fort caractère au personnage secondaire d'Iris, et la Junon de Bénédicte Tauran parvient à aller au-delà de la jalousie pour faire sentir la blessure. Son Jupiter, Edwin Crossley-Mercer, demeure plus impassible, campant une majesté un peu monolithique. Très en forme, Cyril Auvity (Apollon, Pirante, une Parque) déploie son ténor onctueux sans perdre de vue le texte ni surjouer, trouvant en Fabien Hyon (Mercure, un Berger) un comparse aux qualités similaires. Chez tous, les récitatifs sont portés par une implication constante et délicieuse ! ...» Loïc Chahine. DIAPASON. 16 juillet 2019 (https://www.diapasonmag.fr/critiques/au-festival-de-beaune-christophe-rousset-reveille-isis-de-lully-29235)

« ... On ne s’est pas encore habitué à voir Eve-Maud Hubeaux dans ce répertoire, mais Io appelle une voix plus corsée que les innocentes princesses, et la mezzo-soprano y est tout à fait à sa place, surtout quand commence son calvaire, car elle semble d’abord surjouer la frivolité du personnage ...» Laurent Bury. FORUM OPERA. 12 juillet 2019 (https://www.forumopera.com/isis-beaune-la-vache-qui-pleure)

Hamlet, Ambroise Thomas, La Reine Gertrude. Deutsche Oper Berlin (House debut). Performances June 24, 27, 29, 2019. Conductor : Yves Abel.

« ... Absolut korrekt, kultiviert, sehr elegant, slighly glamourous, so wie sie auch singt: Eve-Maud Hubeaux als die große Königin-Gertrud-Überraschung. Mit elaborierter Hochsteckfrisur und einem engen, hinten weit ausgeschnittenen lila Lurexkleid, von den Schultern laufen epaulettengleich Pailettenstickereien als Rand nach hinten. Von diesem warmen, fein geführten Mezzo wollen wir mehr hören! Und sehen! ...» Manuel Brug DIE WELT 25. Juni 2019 (http://klassiker.welt.de)

« ... In jeder Hinsicht herausragend aber ist die bühnensprengende Gertrude der Mezzosopranistin Eve-Maud Hubeaux. Die Konfrontation der Hamletmutter mit dem Sohn im dritten Akt ist gewiss die dramatisch dichteste Szene der ganzen Oper. Aber Hubeaux gelingt es durchgehend, ihr imposantes Stimmvolumen völlig in den Dienst eines eindringlichen, ergreifenden Frauenporträts zu stellen, zwischen heftiger Verzweiflung und kämpferischer Mutterliebe. (In musikalischer Hinsicht ganz irrelevant ist es hingegen, wenn die Frau des Konzertgängers ihren Mann wiederholt auf Madame Hubeaux‘ umwerfendes enges Kleid und die in der Tat Atemnot bewirkende Rückenansicht hinweist.) ...» Albrecht Selges, June 25, 2019 (https://hundert11.net/beyond/#more-37782.)

« ... Hamlets Mutter Gertrude findet schließlich in Eve-Maud Hubeaux eine Vertreterin von vokalem Format. Frau Hubeaux (hautenger, bodenlanger Glitzertraum in Violett plus Hochsteckfrisur à la Alma Mahler) führt einen charakteristisch timbrierten, wendigen Mezzosopran, der sich als aufregend ausdrucksfreudig erweist. Ihr Arioso Dans son regard – sie vertraut Ophélia an, dass ihr das Wesen ihres Sohns Hamlet verschlossen bleibt – zählt mit dunklen Mezzo-Tönen und spontaner Eloquenz zu den Höhepunkten des Abends ...» (https://konzertkritikopernkritikberlin.wordpress.com/author/schlatz/) Anton Schlatz, 25. Juni 2019

« ... Eve-Maud Hubeaux singt seine treulose Mutter Gertrude mit enormer Verve, der Brudermörder Claudius findet mit Nicola Testé eine solide, angemessen ...» Tagesspiegel 26. Juni 2019

« ... In jedem Fall ist die Aufführung von vorne bis hinten vorzüglich besetzt. Nicht zuletzt durch Eve-Maud Hubeaux als Gertrud, einem grellen Vorschein der wunderbaren Mrs. Danvers aus Alfred Hitchcocks "Rebecca" ...» Kai Luehrs-Kaiser, rbbKultur, June 26, 2019. https://bachtrack.com

Tristan und Isolde, Richard Wagner. Brangäne. La Monnaie / De Munt. Performances sung by Eve-Maud Hubeaux May 4, 7, 10, 16 and 19, 2019. Conductor : Alain Altinoglu. Director : Ralf Pleger.

« ... Avec une robe et une coiffe blanches d’inspiration médiévale, aux lignes extrêmement pures, portée de surcroît avec une indéniable élégance, Eve-Maud Hubeaux apparaît comme la seule des protagonistes, avec peut-être le Kurwenal d’Andrew Foster-Williams, à posséder une vraie prestance sur scène et à afficher une authentique présence théâtrale. Sa voix y trouve comme un écrin qui met en valeur ses qualités dramatiques ...» @toutelaculture 
.
« ... Eve-Maud Hubeaux est, quant à elle, une jeune Brangäne exceptionnelle. Son mezzo d'une sonorité ronde et ample, tissé tel un riche brocard, son jeu d'une émotion et d'une exigence rares lui permettent plusieurs fois de voler la vedette à Isolde au premier acte. Chose assez unique, il faut bien le dire. Ses deux appels de l'acte deux le sont également assez pour qu'on les puisse qualifier de magiques ...» #larevueduspectacle
.
« ... La Brangäne d’Eve-Maud Hubeaux fait preuve d’une belle sensibilité et d’une diction impeccable ...» Patrice Lieberman. May 6, 2019.

« ... Quant aux voix, elles ne m’ont peut-être pas autant exalté, même si j’ai été très sensible aux « présences » de la Brangäne d’Eve-Maud Hubeaux et du Kurwenal de Andrew Foster-Williams ...» Crescendo magazine. Stéphane Gilbart. May 5, 2019. https://www.crescendo-magazine.be/un-bouleversement-sensoriel-tristan-und-isolde-de-richard-wagner/

htrack

Messa da Requiem, Giuseppe Verdi. Solo mezzo-soprano part. Luzern Easter Festival and Milano Basilica San Marco. Performances on : April 10 and 12, 2019. Conductor : Teodor Currentzis. Orchestra and Chorus MusicAeterna, Perm.

« ...Auch das Solistenquartett aus Zarina Abaeva, der grossartigen Einspringerin Eve-Maud Hubeaux, Dmytro Popov und Tareq Nazmi harmoniert vorzüglich und stellt die individuelle Gestaltung – anders als oft bei Besetzungen mit Starsängern – ganz in den Dienst von Currentzis’ strenger Lesart, die stellenweise eine geradezu apokalyptische Wucht entfaltet...» Christian Wildhagen > Neue Zürcher Zeitung. 12/4/2019.

« ...Ebenfalls herausragend das Lacrymosa ("tränenreich"), gesungen vom Chor und den vier Solisten Zarina Abaeva (Sopran), Eve-Maud Hubeaux (Mezzosopran), Dmytro Popov (Tenor) und Tareq Nazmi (Bass). Hier verwebt Verdi kunstvoll den Chorgesang mit den Stimmen der Solisten. Und Currentzis sorgt dafür, dass alles sehr präzise und transparent bleibt...» Reiner Schild > Deutsche Welle. 12/0/2019

 

Hamlet, Ambroise Thomas. Role : Reine Gertrude (role debut). Liceu, Opera Barcelona. Performances on : March 7 & 10, 2019. Conductor : Daniel Oren.

« Y espléndida, ciertamente la sorpresa de la noche, la Gertrude de Eve-Maud Hubeaux, una joven mezzosoprano francesa a la que conviene seguir de cerca. Voz notable y hermosa, técnica depurada, actriz convincente y por descontado impecable en su estilo y su articulación con el texto francés. Bravísima, en suma. » Alejandro Martínez > Platea Magazin, 09/03/2019

« Fantàstica sorpresa la reina Gertrude la mezzosoprano Eva-Maud Hubeaux. Va començar una mica irregular canviant molt de color (a la Baltsa), però a mida que la representació va anar avançant la veu es va consolidar i va tenir moments esplèndids en el duo amb Hamlet al tercer acte i es va guanyar al final una rotunda ovació, potser després de Álvarez, la més gran.» > In fernem Land, 08/03/2019

« A pleasant surprise of the concert came from mezzo-soprano Eve-Maud Hubeaux in the role of Queen Gertrude. She displayed an attractive, well-handled voice and sang with great intention...» José M. Irurzun > Classical-Feed informer, 08/03/2019

PRESS QUOTES 2018

 

La Favorite, G. Donizetti. Title-Role : Léonor de Guzman. Liceu, Opera Barcelona. House and Role debut. Performances on : July 10, 13 and 24, 2018. Conductor : Patrick Summers. Stage director : Derek Gimpel

« Mejor resultado ofreció la joven mezzo suiza Ève-Maud Hubeaux, con un instrumento de hermosos ribetes tornasolados, timbre esmaltado, agudos seguros aunque con algún sonido fijo, centro mórbido y graves audibles y bien proyectados. Demostró ambición vocal, y encontró en la calidez del canto de Olivieri toda la complicidad vocal que no le ofreció Costello. La juventud de su instrumento y el sonido poco controlado de la orquesta por parte de Summers, la tapó en más de una ocasión, concertantes y finales de acto, pero supo brillar con una dicción y un fraseo meticuloso coronado con un aria donde ofreció lo mejor de si misma. » Jordi Maddaleno, Platea Magazine, 22.7.2018

« Appelée à la rescousse en dernière minute, Ève-Maud Hubeaux offre une Léonor à la voix belle, avec une projection plus limitée, mais suffisante pour cette grande salle. La partition (à un grave près encore) ne lui pose pas de problème, avec un ut aisé cette fois. Enfin, l'aisance scénique est réelle et la mort authentiquement touchante. » Jean-Michel Pennetier, Forumopera, 11.07.2018

 

Rinaldo, G.F. Haendel, 1731 version. Role : Armida. Concert tour (Halle-Paris-Basel). Première : June 4, 6 and 7, 2018. Conductor : Christophe Rousset. Orchestra : Kammerorchester Basel.

« Une gemme brille toutefois de mille feux : Ève-Maud Hubeaux. Voix d’airain, sens du mot, instinct de la scène, la jeune mezzo franco-suisse, qui n’est pas (encore) une habituée du répertoire baroque, est une Armida irrésistible. » Philippe Gelinaud, Opera Magazine, Juillet-Août 2018

« Vêtue d’une longue robe noire scintillante, Ève-Maud Hubeaux incarne admirablement Armida, dont elle sait montrer toute la formidable fureur. La mezzo donne la tonalité dès son entrée en scène par un "Furie" pris au fond de la gorge et puissamment timbré, suivi de médiums corsés et de vocalises redoutables dont elle fait fi comme par un coup de baguette magique. Sa modulation de timbre est des plus exquises lorsque, soudainement éprise de Rinaldo, elle délivre des aigus laineux s’achevant dans un soupir ("T’amo, oh caro"). Éconduite par le héros, s’ensuit un duetto ("Fermati !" avec Rinaldo) plein de saveur offrant un alliage de choix des deux timbres. » Olyrix, par Nicolas Mathieu, le 06/06/2018.

 « Ève-Maud Hubeaux (Armida) fait une entrée fracassante avec son aria Furie terribili, indiscutablement un grand moment d'opéra. La mezzo a manifesté un engagement exceptionnel et j'ai été abasourdi par la puissance de ses graves dignes de ceux d'une contralto. Une mise en scène lui aurait permis d'exprimer encore plus intensément son superbe tempérament dramatique. » Baroquiades, Pierre Benveniste, 11.6.2018

« La mezzosoprano Ève-Maud Hubeaux cautivó por la intensidad con la que interpretó a Armida y por la facilidad con la que atravesó por las dificultades técnicas del papel transmitiendo y tocando con la textura de su voz.” Unavocepocofa, Ramon Jacques, 27.6.2018

« Autre triomphatrice de la soirée, l’Armida d'Ève-Maud Hubeaux est effectivement tout à fait remarquable. Dès son entrée sur « Furie terribili! », elle saisit l’audience par son timbre puissant et sa fureur bouillonnante. Elle ne fait qu’une bouchée des difficultés techniques de la partition et les utilise même à des fins dramatiques, dans des vocalises qui ressemblent parfois à de terribles et menaçants éclats de rire. Elle évite pourtant le piège qui consisterait à sur-appuyer ses effets au risque de devenir une caricature de « méchante ». Elle sait également émouvoir le public lorsque la sorcière se laisse surprendre par la beauté de Rinaldo et qu’on la devine désarmée par des sentiments amoureux, nouveaux pour elle. » Classicagenda par Laurent Amourette | le 8 juin 2018

 

The Rake's progress, I.Stravinsky. Role : Baba the Turk. Theater Basel. Première : May 18, 2018. Conductor : Kristiina Poska. Stage director : Lydia Steier.

 

>> Click here to read the reviews and view the pictures of Ève-Maud Hubeaux as Baba the Turk.

 

Don Carlos, Giuseppe Verdi, Complete French version, in 5 acts. Role : Eboli. Opera House of Lyon. Première : March 17, 2018. Director : Christophe Honoré. Conductor : Daniele Rustioni

 

>> Click here to read the reviews Ève-Maud Hubeaux as "La Princesse Eboli".

 

PRESS QUOTES 2017

 

Le Comte Ory, Gioachino Rossini. Role Dame Ragonde. Opéra Comique, Paris. Première : December 19, 2017. Director : Denis Podalydès. Conductor : Louis Langrée

« Jean-Sébastien Bou (Raimbaud), Patrick Bolleire (le Gouverneur) et Ève-Maud Hubaux (Dame Ragonde aux effets comiques éclatants et très bien mesurés) s’illustrent également dans leurs rôles : chaque personnage est traité, vocalement et théâtralement, comme un rôle principal. » TheatreActu / Ondine Bérenger / December 25, 2017.

« Ève-Maud Hubeaux et Jodie Devos, respectivement Dame Ragonde et Alice, sont simplement parfaites. » Concertclassic / Alain Cochard / December 21, 2017.

« Ève-Maud Hubeaux, bien qu’annoncée souffrante, incarne une Dame Ragonde remarquable avec notamment des graves d’une beauté renversante. » Bachtrack / Jean-Marc Piriou / December 21, 2017.

«...Outre la délicieuse Jodie Devos en Alice, Ève-Maud Hubeaux impressionne en Dame Ragonde. Annoncée souffrante, la mezzo franco-suisse brosse un personnage drolatique, avec une musicalité jamais prise en défaut. » Opera online / December 20, 2017.

«...Quant à Ève-Maud Hubeaux, qu’on nous annonçait malade, elle a dû le faire dire pour qu’on applaudisse encore plus son abattage et sa superbe voix de contralto en Dame Ragonde, une sorte de duègne. » Culturebox. Franceinfo / Bertrand Renard / December 21, 2017

« … Ce fut de fait le cas d’Ève-Maud Hubeaux, dont l’indisposition n’aura jamais été audible : la mezzo-soprano dévoile un timbre soyeux et des graves lumineux qu’il eut été dommage de ne pas exposer. » OLYRIX / Damien Dutilleul / December 21, 2017.

« Rien n’est laissé aux hasards chez les comparses : un luxe d’avoir Jean-Sébastien Bou, Ève-Maud Hubeaux, et Patrick Bolleire pour compléter un plateau. » Le Figaro / Christian Merlin / Decembre 21, 2017

« Ève-Maud Hubeaux est une excellente Dame Ragonde. Des sauts d’intervalles dans le duo d’ouverture de l’acte II, avec sa couleur, chaude et ardente, sont un beau moment. » TouteLaCulture / Victoria Okada / Decembre 20, 2017

« …Philippe Talbot, Julie Fuchs, Gaëlle Arquez, Ève-Maud Hubeaux pour les principaux rôles sont aussi bons acteurs que chanteurs, et ce "Comte Ory", qui sera repris les 12 et 14 janvier à l'Opéra de Versailles, est un parfait spectacle pour entamer la période des fêtes. » Lepoint.fr / December 20,  2017.

« Autour, on va de sommet en sommet : Gaëlle Arquez (Isolier) au panache flamboyant, Ève-Maud Hubeaux (Ragonde), bien qu’annoncée souffrante le soir de la première, aux profondeurs magistrales, » Avant-Scène Opéra / Chantal Cazaux / December 19, 2017.

«... Jodie Devos pétille dans le petit rôle d’Alice et l’on se demande ce qu’aurait donné Ève-Maud Hubeaux en Dame Ragonde si elle n’avait été annoncée souffrante tant, en l’état, elle crève la scène, usant à propos d’une voix dont l’ampleur n’interdit pas l’agilité. » Forumopera.com / Christophe Rizoud /December 19,  2017.

 

Ascanio, Camille Saint-Saëns, Role : Scozzone. Co-production between Grand Théâtre de Genève & Haute Ecole de Musique de Genève. In concert on November 24 & 26, 2017 (+ CD-recording), at Opéra des Nations. Conductor : Guillaume Tourniaire.

«  ...Chez les dames, on reste conquis par la très convaincante mezzo-soprano Ève-Maud Hubeaux (Scozzone) qui, de sa seule voix chargée d’harmoniques, répand une belle humanité dans son amour pour Benvenuto Cellini. ». Resmusica, 29 novembre 2017, par Jacques Schmitt.

« Après avoir participé à la grande aventure du Don Carlos all -star de l'Opéra de Paris (œuvre dont elle chantera le rôle d'Eboli à Lyon, Ève-Maud Hubeaux interprète ici Scozzone, le modèle amoureux de Cellini, modelant une voix à la texture dense et au large médium. Ses aigus sont tranchants et sonores, galopants au rythme d’une prosodie piquante. Elle sait aussi moduler son chant selon l’état d’esprit de son personnage, se faisant parfois sombre, mettant en avant ses graves profonds, parfois amoureuses, ses trilles légers et nuancés se déposant alors sur une ligne vocale caressante ou des piani vibrants émis bouche presque fermée. Elle acidule ensuite son phrasé quand la jalousie pointe. ».  Ôlyrix, 28 novembre 2017, par Damien Dutilleul.

« Grand opéra à la française s’articulant autour des amours contrariées du sculpteur florentin Benvenuto Cellini lors du séjour de ce dernier à la cour de François Ier, l’œuvre livre de grands moments très inspirés et surtout trois beaux portraits de femmes : Scozzone, le modèle de Cellini, que le superbe mezzo de la Genevoise Ève-Maud Hubeaux met pleinement en valeur …» La lettre du musicien, 26 novembre 2017, Emmanuel Andrieu.

« Du côté des chanteurs solistes, tous parfaitement intelligibles en français, Jean-François Lapointe tient le haut de l’affiche avec un Benvenuto Cellini de grande tenue. A ses côtés, la brûlante Scozzone d’Ève-Maud Hubeaux ».  Le Temps, 26 novembre 2017, par Sylvie Bonier.

« La Scozzone de Ève-Maud Hubeaux est émouvante, jusqu’à son sacrifice final. Remarquable mezzo, aux graves solides, cette Jeanne, casse-cou,, demi-sœur de la Duchesse d’Etampes. » Forumopera, 24 novembre 2017, par Yvan Beuvard

« Ève-Maud Hubeaux prête sa voix veloutée à une Scozzone sensuelle, alors que Clémence Tilquin confère luminosité et fraîcheur à son personnage de Colombe d’Estourville. » Concertonet.com, 24 novembre 2017, par Claudio Poloni.

 

Don Carlos, G. Verdi, Role : Thibault. Company : Opéra de Paris, Bastille. Première : October 10, 2017. Director : Krzysztof Warlikowski. Conductor : Philippe Jordan.

« Parmi les heureuses confirmations, saluons le beau mezzo de la jeune française Ève-Maud Hubeaux, qui fait un page suave et élégant (classiquenews avait apprécié son approche du Chant de la Terre, Klarthe).” ClassicNews, Lucas Irom, 20.10.2017

« On saluera encore le Comte de Lerme de Julien Dran ou le Thibault d’Ève-Maud Hubeaux qui, l’un et l’autre, font honneur à la nouvelle génération du chant français. » Opera-online, Alain Duault, 20.10.2017

« On n’a rien négligé : face à ces stars, les rôles secondaires ont du relief, à commencer par le Moine de Krzysztof Bączyk et le Page d’Ève-Maud Hubeaux. », ConcertoNet, Didier van Moere, 16.10.2017

« Le Thibault de Ève-Maud Hubeaux lui aussi est un personnage qui tient la scène vocalement », Wanderer, Guy Cherqui, 22.10.2017

« Thibault de luxe d’Ève-Maud Hubeaux (bientôt Eboli à Lyon…) » Avant-Scène Opéra, Chantal Cazaux, 19.10.2017

« Wie vorzüglich dieser „Don Carlos“ besetzt ist, zeigen auch die kleineren Rollen, der Page Thibault von Ève-Maud Hubeaux etwa, die bald in Lyon die Eboli singen wird …» Die Welt, Manuel Brug. 11. Oktober 2017.

« ... Un page de premier ordre (Ève-Maud Hubeaux) complètent un plateau classe A ... » Christian Merlin. Le Figaro 12 octobre 2017.

« Le Thibault d'Ève-Maud Hubeaux dispose d’une voix suave et puissante, qui ressort de l’ensemble durant la scène de l’autodafé...»  Damien Dutilleul. Ôlyrix , 11 octobre 2017.

« Et parmi les seconds rôles, l’attention se pose sur Thibault assuré d’Ève-Maud Hubeaux et ses vibrantes couleurs de timbre, car c’est elle qui incarnera Eboli, cette saison, sur la scène plus modeste de l’Opéra de Lyon, également dans la version originale parisienne …»  Formal. David, 10 octobre 2017.

 

Wesendonck-Lieder, R. Wagner. Orchestra : Thüringen Philharmonie Gotha. May 18, 2017. Conductor : Russell Harris

„Solistin war die 1988 in Genf geborene Mezzosopranistin Ève-Maud Hubeaux. Sie erwies sich, trotz ihrer Jugend, als professionelle Wagner-Sängerin. Mit ihrer grossen Stimme, dramatisch und gestaltungsstark aus einer breiten dynamischen Skala vom ergreifenden Pianissimo bis zum exaltierten Fortissimo-Ausbruch, gelang es ihr, den Taumel einer liebenden Frau zwischen Hoffnung und Entsagung nacherlebbar zu machen und das Publikum für ihre Kunst einzunehmen,“ Thüringen Allgemeine, Dieter Albrecht, 20.05.2017

 

Wozzeck, A. Berg, Role : Margret. Company : Opéra de Paris. Première : April 26, 2017. Director Christoph Marthaler. Conductor : Michael Schœnwandt.

« Ève-Maud Hubeaux que nous sommes heureux de voir et d’entendre dans le rôle secondaire de Margret. Délicieusement piquante dans le jeu d’acteur, elle déploie tous ses talents avec un chant tonique, velouté et maîtrisé avec une facilité apparente, étonnante. » classicnews.com, Sabino Pena Arcia, 05.05.2017

« On lui préfèrera les apparitions d'Ève-Maud Hubeaux en Margret, présence toxique et délétère dont la projection et les couleurs séduisent durablement. » Wanderer, David Verdier, 04.05.2017

« Deux figures de la tentation : le tambour-major très punk qui arbore une étonnante crête iroquoise (Stefan Margita) et Margret, une voisine lubrique (Ève-Maud Hubeaux, sans nul doute notre coup de cœur), qui nous offre les passages les plus enlevés. » Vanity Fair, 02.05.2017

« Ève-Maud Hubeaux nous éblouit en campant une Margret rafraîchissante qui nous évoque la Marie-Madeleine biblique dont il est fait mention dans la scène 1 de l’acte III. » Classicagenda.fr, Sonia Bos-Jucquin, 02.05.2017

« Dans les seconds rôles, la Margret d'Ève-Maud Hubeaux brûle les planches - voilà bien la mezzo dont les scènes ne peuvent plus se passer. » La Revue du Spectacle, Christine Ducq, 01.05.0217

« Les autres sont impeccables, avec une mention pour la Margret d’Ève-Maud Hubeaux – qui sait, peut-être demain une Marie. », Concertonet.com, Didier van Moere, 29.04.0217

« Les chanteurs, à part l'épatante Ève-Maud Hubeaux qu'on voit partout en ce moment, et qui chante Margret ont surement moins de personnalités que les créateurs de la mise en scène. » Le Nouvel Obs, L’œil du chat, 27.04.2017

« Ève-Maud Hubeaux mit verführerischen Mezzo die Kasernen-Nutte.“, Operapoint.com, Zenner, 27.04.2017

« L’infidélité de Marie – qui s’identifie alors à Marie-Madeleine, est provoquée également par le mezzo sombre et charnel d’Ève-Maud Hubeaux, Margret, la voisine qui incarne la voix du Diable. » Ôlyrix, 27/04/2017, Adrien Alix

« alors qu’Ève-Maud Hubeaux nous éblouit en campant une Margret rafraîchissante qui nous évoque la Marie-Madeleine biblique dont il est fait mention dans la scène 1 de l’acte III. » Classicagenda parSonia Bos-Jucquin | le 2 mai 2017.

 

Tristan und Isolde, R. Wagner, Role : Brangäne. Company : Opéra de Lyon. Première : March 18, 2017. Staged production. Conductor : Hartmut Haenchen

« Ève-Maud Hubeaux se révèle aussi évidente que dans son Andromaque d’Ermione de Rossini en novembre dernier. La substance est charnue, le lyrisme généreux, la tessiture foncièrement homogène : registre grave opulent et naturel, aigu lumineux et bien placé, médium riche. Attendue au tournant dans ses appels de mise en garde du II, elle y atteint au sublime. » Lyon-Newsletter.com, Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin, 05.04.2017

« Le Wagner et le Strauss présentaient quelques très fortes personnalités à la hauteur de la puissance de l’original : l’Elektra taillée dans le roc d’Elena Pankratova, l’Isolde électrique d’Ann Petersen, la Brangäne si prometteuse d’Ève-Maud Hubeaux. » Le Figaro, Christian Merlin, 28.03.2017

« Die beste Gesangsleistung des Abends erbrachte hingegen Ève-Maud Hubeaux, die mit ihrem satten, schön timbrierten Mezzosopran eine herrliche Brangäne sang. », Der Neue Merker, Walter Nowotny, 18.03.2017

« Ève-Maud Hubeaux est une Brangäne infiniment touchante pour cette prise de rôle. » La Revue du Spectacle, Christine Ducq, 30.03.2017

« war die Brangäne von Ève-Maud Hubeaux die vokale Überraschung des Abends. » Der Standard, Joachim Lange, 28.03.2017

« Brangäne trouve une interprète expressive en Ève-Maud Hubeaux, voix ample et bien timbrée avec une projection du texte exemplaire. », Crescendo Magazine, Erna Metdepennighen, 24.03.2017

« La grande révélation vient d’Ève-Maud Hubeaux, qui nous offre une Brangäne sensationnelle. », heteroclite.org, Yannick Mur, 28.03.2017

« Ève-Maud Hubeaux est une Brangäne puissante, au timbre clair, fort bien articulé.», classiquesnews.com, Jean-François Lattarico, 28.03.2017

« Ève-Maud Hubeaux (Brangäne) au timbre profond et charnu. », L’Humanité, Alain Bœuf, 24.03.2017

« Mais c’est surtout Ève-Maud Hubeaux, dans le rôle de Brangäne, qui impressionne par la palette de nuances de son chant, au point de paraître faire de l’ombre, dans les première et troisième scènes du premier acte, à l’Isolde de Ann Petersen. » Le Zebre.info, S. Carmen, 25.03.2017

« Du côté des femmes, Ève-Maud Hubeaux, dont l’on avait fort goûté la révélation de sa Brigitta à Bâle, se voit confier un rôle à sa mesure et confirme combien la jeune cantatrice suisse est une artiste à suivre. Sa Brangäne n’est que somptueuse élégance. » Resmusica.com, Jean-Luc Clairet, 03.04.2017

« Ève-Maud Hubeaux est enfin une Brangäne de haute tenue, magnifique de bout en bout dans le rôle de la fidèle servante d’Isolde. » Sébastien Herbecq, 20.03.2017

« Belle surprise aussi, la frémissante et touchante Brangäne de la mezzo-soprano suisse Ève-Maud Hubeaux. » Telerama, Sophie Bourdais, 31.03.2017

« La jeune mezzo-soprano suisse Ève-Maud Hubeaux ne mérite pas moins d'éloges pour sa plénitude  vocale, chaude et élégante. Son appel dans la nuit du deuxième acte est une leçon de chant autant qu'une source de ravissement. » concertclassic.com, Philippe Carbonnel, 18.03.2017

« Magnifique surprise en revanche la Brangäne d’Ève-Maud Hubeaux, jeune mezzo française née à Genève, à la voix vibrante, magnifiquement projetée, au timbre plutôt clair (qui lui permettra de chanter Eboli la saison prochaine sur la scène de Lyon) qui paraît au premier acte un peu hésitante, mais qui prend de l’assurance dans un magnifique deuxième acte. Le texte est dit avec grande précision, le volume est réel, mais jamais exagéré. Tout cela est bien contrôlé. Une chanteuse qu’on va suivre avec beaucoup d’intérêt. » Wanderer Le Monde, 25.03.2017

« C’est la jolie voix chaude, intelligemment menée, d’Ève-Maud Hubeaux qui incarne idéalement la fidèle Brangäne. Le public, par ses saluts et applaudissements, montre qu’il n’a pas été insensible à sa prestation (on se souvient de sa belle incarnation récente à l’Opéra de Lyon en Andromaque dans Ermione de Rossini en novembre dernier). » Olyrix.com, Emmanuel Deroeux, 28.03.2017

« Grand espoir du chant wagnérien francophone, la mezzo suisse Ève-Maud Hubeaux se révèle la plus solide des Brangäne : magnifiquement timbrée, la voix fait montre d’une puissance et d’une projection impressionnantes, et elle délivre un irréprochable et émouvant appel au deuxième acte. » Opera-Online.com, Emmanuel Andrieu, 21.03.2017

« Herausragend was Ève-Maud Hubeaux als Brangäne » Salzburger Nachrichten, Ernst P. Strobel, 21.03.2017

« Ève-Maud Hubeaux est enfin une Brangäne de haute tenue, magnifique de bout en bout dans le rôle de la fidèle servante d’Isolde. » Bachtrack.com, Sebastien Herbecq, 20.03.2017

« Die stimmliche Entdeckung des Abends ist die wunderbar wasserklar timbrierte Brangäne der Ève-Maud Hubeaux. », Concerti.de, Peter Krause, 20.03.2017

« La Brangäne d’Ève Maud Hubeaux rivalisait de splendeur vocale et de dramatisme avec sa maîtresse. » Concertonet, Olivier Brunel, 18.03.2017

« Brangäne bénéficie de la voix puissante et expressive d’Ève-Maud Hubeaux, qui allie au soin de l’articulation une excellente diction de la langue allemande. » ForumOpera.com, Fabrice Malkani. 18.03.2017

 

MORE PRESS QUOTES ? CLICK HERE FOR QUOTES 2016 > 2010

 

- All Rights reserved - Ariën Arts & Music Mgt (bvba) - Company, founded in 1928 by Gaston Ariën -